formation Search engine acquisition et Social Media Acquisition

Le Chief Consulting Officer est-il utile ? à externaliser ?

D’où vient ce nouveau métier ?

Les métier de Chief Consulting Officer (CCO) et Chief Freelance Officer (CFO) sont en train d’émerger. Comme souvent, cette nouvelle vague vient des Etats Unis, où 34% de la main d’oeuvre est composée de ces « freelancers » (Source : Challenges)

La cause est simple : le nombre de freelances a doublé en 10 ans pour atteindre 2,3 millions en France – soit presque 10% des actifs. Et 95 % des entreprises européennes ont recours à des travailleurs indépendants (Source : SD Worx et Antwerp Management School, 2018).

Dans cet article, nous allons ici nous focaliser sur le Chief Consulting Officer. Celui-ci est en réalité un Chief Freelance Officer spécialisé sur des profils de consultants très diplômés BAC+4/5/8. Etant donné le profil des consultants du Réseau Conversion-Boosters, nous sommes plus légitimes pour en parler 😉

A quoi sert le Chief Consulting Officer  (CCO) ?

Son rôle est de rendre plus productif et plus performant le recrutement et l’accompagnement des consultants indépendants qui travaillent pour une société.

Aujourd’hui, chaque service gère ses prestataires dans son coin. Au mieux, on trouve dans les grands groupes une surcouche de process RH / compliance pour encadrer la pratique, avec un focus sur les risques juridiques et sociaux (et non sur la performance).

Le CCO va donc mutualiser un certain nombre de tâches pour l’ensemble de l’entreprise :

  • Comprendre et cadrer les besoins avec les équipes métier
  • Recruter les freelances, en s’assurant de leurs qualités techniques, mais aussi de leur compatibilité avec la culture de l’entreprise
  • Gérer ou superviser la partie administrative liée à ces ressources externes
  • Assurer le suivi de projets à plusieurs niveaux : relationnel, timing, performance…

Pourquoi son rôle est-il important ?

Si c’est bien mis en oeuvre, l’impact du CCO sera multiple : libérer du temps aux équipes métier, éviter les échecs de recrutement, fidéliser les freelances… pour au final réduire les coûts et améliorer la performance globale.

Le risque si c’est mal fait : ajouter un échelon / un interlocuteur et complexifier inutilement les process.

L’enjeu est finalement assez proche de l’ajout d’un Acheteur (+ process achat) dans un service Marketing par exemple.

Quelles sont ses qualités & compétences requises ?

Pour que cela fonctionne, il faut trouver le bon profil. Idéalement :

consultant expert freelance

  • Expérience RH ou Management pour bien recruter & suivre les indépendants
  • Bonne connaissance du monde des freelances : statuts, réglementations, plateformes…
  • Compréhension des enjeux métiers de la société
  • Expérience de Gestion de projets complexes impliquant des freelances
  • Capacités relationnelles pour bien interagir avec les parties prenantes
  • Rigueur et organisation pour l’administratif et le suivi de projets

Dans cet article, Muriel Ancel parle du Chief Freelance Officer comme d’une hybridation entre fonctions Achats et Ressources Humaines.

Qui doit avoir recours au Chief Consultant Officer ?

Les sociétés qui auront le plus grand effet de levier sont :

  • Les grands groupes qui ont déjà massivement recours à des prestataires extérieurs
    => enjeu de rationalisation et de productivité
  • Les sociétés de toutes taille qui ont besoin d’insuffler des idées & pratiques nouvelles dans leur organisation
    => enjeu de transformation digitale, qui passe d’abord par les mentalités & pratiques
  • Les start-ups et ETI dont le business model est basé sur des communautés de freelances
    => enjeu de passage à l’échelle

Faut il externaliser ou internaliser son Chef Freelance Officer ?

Nous conseillons d’internaliser le poste si :

  1. vous avez en interne le profil qui réunit les compétences pré-citées – ou qui peut les acquérir.
  2. vous faites déjà (ou comptez faire) appel à de nombreux consultants indépendants. Conseil pour le savoir : Faites le ratio entre COO et le volume de freelances (en ETP – équivalent temps plein), puis comparez le aux autres fonctions « support » de votre société.

 

chief consultant officer externalisé

Si votre besoin est plus limité, posez-vous sérieusement la question de l’externalisation du recrutement et du suivi de vos prestataires freelance.

C’est précisément la mission de Conversion Boosters : lever les freins à la collaboration avec des consultants externe dans une optique de productivité et de performance.

 

Un CCO externalisé avec Conversion Boosters, comment ça marche ?

Un Chief Consultant Officer suit chacun de nos clients.
Ses missions par défaut sont :

  • La compréhension des enjeux & besoins du client
  • La co-construction d’une stratégie et d’un plan d’action avec le client
  • Leur transcription dans une lettre de mission / un devis
  • L’identification des freelances les plus pertinents pour chaque client. Parmi les critères de choix : expertise, disponibilité, tarifs, proximité culturelle et géographique…
  • La gestion administrative. Ainsi, le client n’a qu’un seul prestataire à référencer et à régler
  • La supervision des missions : votre CCO externalisé va assister aux principales réunions, et s’assurer auprès du client et des prestataires que la mission reste sur de bons rails (timing, livrables, relationnel…)

En cas de pluralité de consultants sur un projet, et si le client le souhaite, le CCO peut prendre en charge le pilotage opérationnel du projet (option sur demande).

Nous ayant délégué toutes ces tâches chronophages, le client peut se focaliser sur son coeur de métier !

Consultants Freelance

Le Chief Consulting Officer – effet de mode ou changement durable ?

Selon notre compréhension, le mouvement de « libéralisation » des compétences, qui débute avec les plus rares/pointues, n’a pas de raison de ralentir dans la durée.

Une crise économique pourrait bien sûr freiner le mouvement et ramener au salariat les moins téméraires, mais nous sommes persuadés que le micro-entreprenariat est une tendance de fond.

Centraliser et optimiser les tâches liées à la gestion des freelances semble une évidence à partir d’un certain seuil… que de plus en plus d’entreprises sont en train de franchir.

Donc oui, le Chief Consulting Officer a de beaux jours devant lui !

 

Caler un RDV avec notre Chief Freelance Officer

Lire aussi notre article : Un bon Freelance pour améliorer mon site web ? Où et comment trouver ?

Voir les expertises des consultants du Réseau Conversion Boosters

collaboration avec un consultant freelance

Un bon Freelance pour améliorer mon site web ? Où et comment trouver ?

Pourquoi tout le monde se met à collaborer avec des freelances ?

Au-delà du coté hype de la « startup nation », plusieurs tendances sont à l’œuvre :

Une tendance conjoncturelle évidente : la croissance économique et le recul du chômage induit une tension sur les talents, et en particulier compétences les plus demandées dans le Digital (développeurs, data analysts, experts web-marketing, UX Designers, SEO… )

Une tendance de fond : les générations Y et Z n’aspirent plus au salariat ni à ses contraintes. Ils sont de plus en plus attirés par les startups et l’entreprenariat.

Un effet d’aubaine : le doublement du plafond de chiffre d’affaire annuel pour les micro-entrepreneurs début 2018 a créé un appel d’air à ceux qui hésitaient à franchir le pas.

La conjonction de ces 3 effets rend le recrutement encore plu ardu, en particulier pour les compétences très recherchées dans le digital.

 

Pourquoi est-il si difficile de trouver un consultant de qualité, et en particulier pour améliorer son site web ?

Selon nous, pour performer sur un projet collectif, le savoir-être est aussi importante que le savoir-faire. Sur les métiers liés aux web, par nature assez techniques, cet alliage est assez rare. Déjà un bel écrémage des talents potentiels !

Au delà de ce qui précède, une de nos convictions fondatrices est que les meilleurs experts sont soit dans les plus grands cabinets de conseil / agences web (et facturées à prix d’or), soit ils se sont mis à leur compte.

Ces derniers, ces experts freelance talentueux, sont difficiles à trouver. Ils ont des clients fidèles. Ils ne perdent pas de temps à répondre à des appels d’offre sur les plateformes de freelances généralistes. Ils ont ce luxe de ne pas avoir à prospecter. Il faut aller les chercher.

 

Pourquoi cette trouille ? Les craintes au moment de choisir un freelance sont-elles légitimes ?

On nous dit souvent que trouver un consultant sur une plateforme de freelances revient à jouer à la roulette Russe. Certes il y a les avis, mais est-ce suffisant pour laisser les clés du camion à un indépendant que l’on ne connait pas ?

Il faut donc leur faire passer de véritables entretiens d’embauche. Faire du reference-check pour s’assurer de leur fiabilité… très chronophage, avec au final peu de garanties.

Dernière cause de déception souvent entendue : les soft-skills d’un expert indépendant laissent parfois à désirer. C’est assez logique, en particulier sur des profils plus techniques, qui sont souvent moins à l’aise pour communiquer efficacement et/ou piloter rigoureusement des projets. On pourrait en conclure que le consultant n’est pas compétent, alors qu’il manque simplement d’accompagnement.

Donc oui, cette hésitation à se lancer dans la recherche d’un freelance – et à la conclure – est tout à fait légitime car les risques sont bien là.

 

Où trouver le bon expert pour créer ou améliorer un site web ?

Passons à présent en mode solutions & conseils. Pour trouver le bon consultant freelance pour une mission précise, voici ce que nous préconisons :

Préparation :

  • Définir clairement la mission, des objectifs aux livrables et aux KPIs
  • En tirer une fiche de poste : expériences, compétences, qualités humaines, fourchette de rémunération, localisation géographique

Recherche :

  • Commencez par sonder votre propre réseau, faire savoir que vous cherchez un profil avec telles compétences pour améliorer votre site web (ou tout autre interface)
  • Précisez si vous cherchez un freelance en priorité, mais ne fermez pas la porte à d’autres type de solutions : embauche, agence web, consultant en ESN (ex SSII), alternant…
  • Demandez à vos agences web / instituts / cabinets de conseil. Vos prestataires habituels ont l’avantage de bien vous connaitre, ainsi que votre site / appli. A défaut d’avoir le bon profil au bon prix, ils seront de bon conseil et pourront vous ouvrir leur réseau
  • Explorer les plateformes de freelance. Il y a les plateformes généralistes comme Malt ou Freelancer, qui proposent des (dizaines de) milliers de profils d’indépendants. Mais attention au côté chronophage/jungle
    –> C’est pourquoi nous recommandons de privilégier les plateformes et réseaux 100% spécialisés dans les domaines qui vous intéressent.
  • Autre critère important : souhaitez-vous minimiser le budget ou bien le risque de sous-performance ?
    Pour schématiser, les plateformes de freelances généralistes sont souvent positionnés « low-cost, no-service », alors que les réseaux de freelance spécialisés proposent un accompagnement sur mesure des consultants et des projets, afin d’améliorer la qualité / fluidité / performance de la prestation… comme une agence web en fait.

 

Quels sont les réseaux spécialisés sur la création et l’amélioration des sites web et mobiles ?

Les compétences nécessaires pour un lancement ou une refonte de un site internet ou d’application mobile se trouvent sur des plateformes comme Codeur.com (développeurs) ou  Graphiste.com (illustrateurs, designers), ou sur des réseaux à taille humaine comme Vanille Fraise (Graphiste, Directeur Artistique, UX Designer) ou encore Conversion Boosters (CRO, UX, SEO…).

 

Comment choisir entre plusieurs consultants freelance ?

C’est l’étape la plus critique. Avec un consultant indépendant, le risque est bien sûr largement minoré par rapport à un entretien d’embauche, mais quand même, autant éviter de se planter !

Pour arriver à une short list, il faudra probablement filtrer. Selon nous, les 2 leviers les plus puissant sont :

  • la recommandation directe d’une personne qui s’engage personnellement sur la qualité du prestataire
  • l’entretien téléphonique de 10 minutes, souvent suffisant pour savoir si on a envie de creuser

Une fois la short-list achevée, ce sont les entretiens à proprement parler. Nous vous renvoyons aux multiples ressources disponibles sur le web pour bien maîtriser ce sujet. Nous nous permettons simplement d’insister sur la préparation :

  1. Si vous avez rédigé la fiche de mission et la fiche de poste comme suggéré ci-dessus, vous partez sur de bonnes bases
  2. Préparez ensuite une grille d’évaluation avec vos critères de choix (si possible avec un coefficient sur chaque critère)
  3. Rédigez un guide d’entretien avec des questions utiles et des mise-en-situation qui faciliteront votre prise de décision

Avant de finaliser votre choix, demandez toujours des références client que vous pourrez joindre (surtout si vous n’avez pas eu de recommandation en amont).

 

A propos de Conversion Boosters

Une fois que votre site web est lancé, ce n’est que le début de l’aventure. Il faut l’améliorer en permanence.

La vocation de Conversion Boosters est de réunir les meilleurs experts en CRO (Optimisation des taux de conversions) avec des spécialistes de l’UX, du SEO, de la rédaction web, AB Testing, Personnalisation, Vocal Commerce, Analytics & Dataviz… Ces consultants indépendants sont basés dans toute la France, et notamment à Paris, Strasbourg, Lyon, Lille, Montpellier, Reims…

Voir les profils de nos consultants indépendants